MINCIR AUTREMENT ......

Publié le par VALERIE

MINCIR AUTREMENT ......

Toutes les études s’accordent sur le constat que 15% de la population française âgée de plus de 18 ans est obèse et qu’entre 32 et 35% est en surpoids. L’obésité infantile n’est pas en reste puisque 15% des enfants de moins de 15 ans sont également obèses. Alors même si ces chiffres sont parmi les plus faibles des pays de l’OCDE, cela représente quand même plus de 15 millions de personnes en surpoids. Or les conséquences de ces rondeurs excessives sur notre santé ne sont pas à prendre à la légère. Il s’agit du cinquième facteur de risque de mortalité (avec près de 3 millions de personnes). Elles sont associées à divers troubles tels que le diabète de type II, l’hypertension artérielle, les atteintes cardiovasculaires, les apnées du sommeil ou l’arthrose qui contribue à réduire l’espérance de vie.

Alors dans ce contexte, pour reprendre sa ligne en main, il est possible d’influer en douceur sur les 2 leviers d’actions à votre disposition : l’alimentation et l’exercice physique. Il s’agit avant tout d’un investissement personnel mais bien sur, il ne faut pas hésiter à se faire accompagner par des diététiciens nutritionnistes et des coachs sportifs.

Ces rondeurs excessives sont dans la majorité des cas la manifestation d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Il faudra jouer sur ses 2 plateaux. Un bilan alimentaire va vous permettre de faire le point sur ce que vous consommez et comment vous consommez. Vouloir faire attention à son alimentation, ne signifie pas de devoir se priver absolument de tout, tout le temps. Un équilibre alimentaire ne se construit pas sur une seule journée mais plutôt sur une semaine. Donc méfiez vous ; les régimes alimentaires avec éviction complète de certaines classes d’aliments, ou qui promettent des réductions spectaculaires en un temps record, sont souvent source de carences nutritionnelles, source de frustration qui risque de déclencher un effet rebond ou pire, un risque d’atteinte fonctionnelle grave de certains organes.

Tout est donc dans l’équilibre et le choix des bons aliments. Il sera important de repenser la structuration de son alimentation, avec des repas à des heures régulières avec un temps minimum d’au moins 20 minutes pour laisser le temps à votre cerveau de percevoir les messages de satiété. Le choix des aliments va également être très important. Ils doivent dans leur ensemble (puisque un aliment seul peut rarement cumuler toutes les vertus) vous apporter une très bonne densité nutritionnelle, ce qui signifie un ratio nutriments sur énergie élevé. Il sera par exemple facile de remplacer le sucre blanc raffiné par du miel.

Seront donc privilégiés les aliments à index glycémique bas à modéré tels que les féculents complets, les légumineuses, les fruits et les légumes mais aussi le pollen frais, une source de protéines non ou peu grasses. Ils perturberont modérément la glycémie et réguleront durablement l’appétit. Il est maintenant bien établi que le microbiote (génome microbien contenu dans notre intestin) a un rôle essentiel dans le contrôle de la prise alimentaire. La consommation d’aliment riche en ferments lactiques (effet probiotique) comme le pollen frais de ciste associée avec une source de prébiotiques (qui sont des substrats nutritifs préférentiels des probiotiques) comme les fructo-oligosaccharides d’un miel liquide sont des associations gagnantes. La consommation d’aliments riches en fibres sera préconisée (les légumes les céréales complètes ou la poudre de Maqui) aura une action bénéfique sur votre transit, sur votre immunité et sur l’absorption des minéraux ainsi qu’un effet satiétogène.

Une hydratation régulière tout au long de la journée sous toutes ses formes (sous réserve qu’elle n’apporte pas de calories vides comme les sodas, l’alcool ou trop de sodium) : eau plate ou gazeuse, seule ou mélangée à des poudres de fruits, jus de légumes, tisanes, café ou thé permettront de leurrer quelque peu votre cerveau et éloignera les pulsions de grignotage. Dans le cadre de ce rééquilibrage calorique, une baisse de l’apport énergétique journalier est souvent nécessaire. Néanmoins, il est préférable de répartir cet apport journalier prioritairement sur le petit déjeuner et le déjeuner afin d’avoir plus d’opportunités de dépenser ces calories plutôt que de les stocker. Et un des bons moyens pour dépenser ces calories, c’est de pratiquer une activité physique modérée mais régulièrement. Des activités peu traumatiques seront à privilégier comme la marche, la natation ou le vélo voire le footing à petite allure. L’objectif étant de fabriquer de l’énergie à partir des lipides de votre organisme par la voie aérobie. Celle-ci pourra être ponctuée par une petite collation de type pomme ou smoothie à base de lait végétal, et de poudres de fruits, riche en antioxydants. Cette période de transition dans vos habitudes alimentaires et de vie peuvent être la source d’un affaiblissement de votre système immunitaire. La consommation de propolis pendant cette période peut constituer un bon soutien à votre immunité.

Ainsi mincir autrement, signifie que pour mincir durablement il faut mincir doucement.

Nicolas CARDINAULT, PhD en nutrition humaine et Responsable R&D chez Pollenergie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article